Orion … Express

Troisième article en 24 heures… Ce dernier ne sera pas le plus long (quoique, on ne sait jamais) , mais rien que pour le titre, je n’ai pas pu résister.

Comme chaque mercredi soir, nous nous sommes réunis au club où Michel a pu essayer son nouveau « filtre anti-pollution lumineuse » (en langage commun, un abat-jour à lampadaire très efficace) et Bernard me fournir quelques photos de la tour de la découverte qui viendront compléter l’article du Jour de la nuit.

Et puis les « jeunes » (alias Seb et Karine) sont arrivés plein d’entrain, dans l’espoir de profiter de la belle nuit étoilée pour faire de l’astrophotographie. L’enthousiasme étant communicatif, nous voilà donc partis au plateau d’observation avec le dobson 250 à 22h. Sans avoir rien prévu comme vêtement chaud…

Sitôt arrivés, sitôt installés (enfin presque), les « anciens » pointant ce joli banc de brume là-bas sur le green du golf (la nuit, tous les chats sont green) . Qu’importe, pointons Jupiter ! Et là… patatras ! Évidemment, les télescopes n’étaient pas encore en température, mais il n’y avait pas que ça. Le faisceau de notre sabre laser était éloquent. Pas de photos ce soir. Malgré tout, nous nous sommes fait un petit plaisir : admirer la grande nébuleuse d’Orion enfin de retour cet automne à une heure raisonnable. Pourtant les conditions n’étaient pas optimales, M42 s’élevant à peine au-dessus des arbres, la brume s’élevant itou… Magnifique.

Et court. Car voilà d’autres nuages, plus sérieux ceux-là, qui viendront écourter notre plaisir (et soulager les plus imprévoyants qui n’avaient pas amené leurs chaussettes de laine et leur doudoune, diront les mauvaises langues) Il est temps de ranger.

Retour au club à 23h. Une heure de temps aller-retour compris, voilà un Orion-express plus rapide que le TGV !