Trésors de guerre

Au cours de sa longue histoire (nous allons fêter nos trente ans d’existence l’année prochaine en 2013 !), les membres de Sterenn ont su faire preuve d’ingéniosité pour fabriquer avec les moyens du bord la plupart des instruments du club. En tordant un peu la formule de Lavoisier, « rien ne se perd, tout se transforme ».

Ainsi, dans la malle aux trésors du club, il existe une « chambre photographique de 600 mm de focale », parfait exemple de ce que le club (et surtout son « Géo Trouvetout », Michel) est capable de réaliser en partant de pièces et matériaux de récupération. Présentation de la bête et premiers essais réels d’astro-photographie !

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas en chinant dans un surplus militaire, mais en réponse à une petite annonce dans une revue d’astronomie que Bernard a trouvé la perle rare. Il s’agit d’une caméra de prises de vues aériennes en haute altitude, fabriquée par Fairchild Aviation et utilisée par l’US Air Force notamment durant la dernière guerre mondiale, poétiquement nommée K18, comme l’indique la présentation (en anglais) ci-dessous :

K18

L’image ne correspond pas à la description de la K18, ici, c’est le modèle entièrement manuel K7

K-18 chez un particulier

La K-18 n’est pas du genre compact et léger, à se glisser facilement dans la poche…

La partie optique fabriquée par Bausch & Lomb sur une formule optique Aero Tessar a une focale de 600mm (24″ exactement) et dispose d’un diaphragme étagé entre f6 et f16. Le champ photographique est de 21.24° x 41.11°, pour un format photo de 9″ x 18″. Les poses  allaient de 1/50, 1/100 à 1/150 déclenchées manuellement ou par intervallomètre, toutes les 8 secondes, voire 3 secondes pour les modèles ultérieurs. Le magasin pouvait contenir de quoi faire 45 ou 245 clichés(1).

La caméra K-18 servira ainsi à cartographier Tokyo à très haute altitude à bord d’un B-29 en 1944… Mais que faire d’une telle caméra pour un club d’astronomie ? Tout simplement récupérer l’exceptionnelle partie optique pour l’adapter à nos propres caméras et apn… Allez trouver aujourd’hui des pellicules photos adaptées à cette chambre photo !

Michel s’est donc attelé à la tâche… Avec quel résultat !

600mm sur eq6

 

Optique du Bausch & Lomb

Gros plan sur le caillou

Bausch & Lomb 600mm - diaphragme

L’accès au contrôle du diaphragme

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise au point

Mollette de réglage de la mise au point

Shutter K18 Fairchild Aviation

La plaque d’identité d’origine respectueusement apposée sur le nouvel instrument

 

 

 

 

 

 

 

 

Queue d'aronde

Problème. Soit j’ai trop serré, soit la queue d’aronde n’est pas adaptée aux montures Vixen.

Vers l'infini et l'au-delà

La K-18 fin prête pour sa deuxième vie !

Joli travail, non ? Mais quels résultats peut-on espérer de cette chambre photographique ? Il est temps de passer aux tests… Pour cela, j’ai utilisé ma caméra ccd DMK 41 sur une monture Skywatcher eq6  (il faut ce qu’il faut pour supporter le poids de l’engin). Pas d’autoguidage pour ce premier essai, une mise au point perfectible (pas facile de régler la mollette ET de regarder précisément le résultat sur l’écran d’ordi à l’abri dans la voiture, à moins d’avoir le bras long), mais déjà des enseignements prometteurs pour la suite…

Albireo

Pointage sur l’étoile double Albireo, histoire de faire la mise au point : plus les deux composantes apparaissent séparées, meilleure est la mise au point. Image prise à f16

ngc869 f6

Cap sur le double amas de Persée (ici uniquement ngc 869), diaphragme ouvert au maximum (f/d:6). Disons que j’aurais pu soigner ma mise au point. Mais au moins, la tache de Airy est mise en évidence. on notera que ses cercles sont parfaitement contrastés, ce qui est signe de qualité de l’optique. Par contre, l’étoile qu’ils entourent n’est pas centrée. Alors… problème d’alignement de l’optique ou décentrage de la caméra ?

 

ngc869 f16

Toujours ngc 869, mais diaphragme fermé à f16. Juste une image brute. Les étoiles paraissent ainsi ponctuelles.

 

m15 f16

Autre objet un peu plus difficile, l’amas globulaire m15. diaphragme toujours fermé à 16. 110 secondes pour une seule image brute, gain réglé au minimum.

 

ngc7789 la rose de Caroline

Dernier objet du ciel profond : ngc 7789, « La rose de Caroline ». Une lunette d’autoguidage fixée sur la chambre permettrait sans doute d’améliorer le suivi.

 

juju

En fin de soirée (à 4h00 du matin plutôt), Jupiter. Une focale de 600mm est un peu juste, il faudra essayer avec une barlow. Le résultat traité ici sous registax est néanmoins intéressant…

 

juju2

Gros plan de jupiter tiré de l’image précédente. Séquence vidéo de 59 secondes, soit près de 225 images (à 3.75 images/seconde), traitée sous registax

 

Ce premier test a été très instructif. Le problème de décentrement va être vérifié par Michel au moyen d’un système d’auto-collimation. Nous verrons bien si le problème provient de l’alignement optique. La queue d’aronde sera remplacée au profit d’une queue d’aronde de type Losmandy, plus large, adaptée à ce genre d’instrument massif. La chambre photo pourra toujours se fixer sur une eq6, aussi bien que sur les montures de Michel. La possibilité de fixer une platine pour accueillir une lunette-guide va être étudiée, de même qu’un système réticulé à l’avant du tube, aussi bien pour des raisons esthétiques que pratiques : la mise au point en sera facilitée .

Il sera alors temps de faire de nouveaux essais ! Mais parallèlement, d’autres chambres photos sont aussi à tester. En effet, en répondant à l’annonce, Bernard n’a pas seulement récupéré une, mais trois chambres photographiques aux propriétés optiques étonnantes !

En savoir plus :

(1) Aerial cameras

1 thought on “Trésors de guerre”

Les commentaires sont fermés.