Balade lunaire : quatrième jour

Promenez-vous sur la Lune !

Ce mois-ci, nouvelle balade lunaire avec comme objectif le quatrième jour de la lunaison.
Mais commençons d’abord par donner quelques bases à propos de notre satellite.

  • Les mers représentent 16 % de la surface totale de la Lune. Ce sont de vastes étendues basaltiques assez plates, vieilles de 3,8 à 3,1 milliards d’années.
  • Ces mers sont sans doute le résultat d’impacts météoritiques géants qui semblent s’être produits environ 600 millions d’années après le début de la formation de la Lune. Ils auraient perforé la croûte primitive et provoqué l’épanchement en surface du manteau rocheux encore liquide. La plupart des éruptions volcaniques qui forment les mers ont lieu le long des fissures des bassins d’impact.
  • La distribution irrégulière des mers à la surface de la Lune (elles occupent 31,2 % de la surface de la face visible de la lune, 2,6 % de la face cachée, probablement à cause d’une croûte plus mince et d’un manteau plus chaud de la face visible, favorisant les épanchements basaltiques) est probablement à l’origine du phénomène de rotation synchrone . En effet, les maria étant plus denses que le reste de la surface lunaire, elles sont plus fortement attirées par la gravité terrestre.
  • Les mers sont riches en laves basaltiques à forte proportion de fer, titane et magnésium. Leur surface est souvent ridée par des collines basses très allongées appelées « dorsales », parfois groupées en véritables systèmes de dorsales ramifiées. Si les dorsales mesurent une centaine de mètres de hauteur, leur longueur peut atteindre plusieurs milliers de kilomètres. On pense qu’elles sont dues à la compression des terrains lors du refroidissement de la surface de la mer qui les porte.
  • La majorité des mers doivent leur nom à l’astronome italien Giovanni Riccioli en 1651. Outre les mers il existe également un océan, des lacs (« lacus »), des marais (« palus ») et des baies (« sinus ») ayant les mêmes caractéristique, seule la taille les différencient. Mais le concept de mer lunaire vient de l’astronome Michael Van Langren qui les qualifia de « maria » (mers), pensant qu’il s’agissait effectivement de grandes étendues d’eau.

Jour 4 : la balade commence…

Le croissant du quatrième jour (et quelques) de la Lune… avec un intrus ! Image : Dylan O’Donnell 28 juin 2017, Australie

La même région du terminateur sera visible trois jours après la pleine Lune au moment où le Soleil se couche à sa surface

Observez la lumière cendrée !

La lumière cendrée est encore très présente, même si le croissant lunaire commence à l’atténuer. C’est souvent l’occasion de faire des clichés qui privilégient l’esthétisme et l’environnement comme le démontre l’image ci-dessous…

Lumière cendrée
Lumière cendrée de la Lune âgée de quatre jours

Commençons par repérer les grandes formations géologiques :

La mer de la Fécondité rejoint la Mer des Crises.
Son diamètre maximal est de 840 km. Peu de dorsales à sa surface, elle possède quelques rainures sur son flanc ouest. Le matériau basaltique qui la compose est en couche relativement mince par rapport aux mers voisines.

Mare Fecunditatis
La mer de la Fécondité

Les contreforts de la mer du Nectar commencent à apparaître au terminateur.
Mare Nectaris est une petite mer d’environ 350 km de diamètre nichée entre la mer de la tranquilité au nord et la mer de la fécondité à l’est.
Un trio de cratère (Théophile, Cyrille et Catherine) la borde au nord ouest (à découvrir au cinquième jour) alors que sur son bord sud, le cratère Fracastor a son rempart nord englouti par la lave qui a formé la Mare Nectaris.

Mer du nectar
Mer du Nectar. Image LRO

Parcourons le terminateur du nord au sud à la recherche des cratères remarquables :

Les cratères du jour sont Atlas + Hercules, Macrobius, Proclus, Taruntius, Gutenberg, Goclenius, Fracastor, Rheita, Watt…

  • Hercules + Atlas
    Diamètre : 88 km (Atlas) 70 km (Hercules)
    Hauteur: 3000/3200 m
    Formations circulaires. Ces deux cratères forment un couple remarquable
    Pour les différencier, de nombreuses failles parcourent le fond du cratère Atlas, alors qu’Hercules abrite un de ses cratères satellite
Hercules et Atlas (Image LRO)

Le célèbre astronome amateur britannique Damian Peach a récemment pris en photo ce couple de cratères (ainsi qu’Endymion), je vous laisse découvrir cette image à couper le souffle (prise à l’aide d’un C14 D=350mm, une caméra ASI 174MM et un filtre vert.

  • Macrobius
    Diamètre : 65 km
    Formation circulaire . Forme un couple intéressant avec Tisserand.
    Versants escarpés portant Macrobius O au Sud-Est et Tisserand à l’Est.
    Muraille très élevée en gradins portant le craterlet Macrobius C au Sud-Ouest.
    Fond plat. Montagne centrale. Monticules.
    Instrument minimal : lunette 50mm
    Son nom provient de Ambrosius Macrobius Theodosius (dit Macrobe), Ecrivain romain du cinquième siècle. Faits marquants: Travaux sur la grammaire latine. Auteur d’un recueil de poèmes : les Saturnales.
Macrobius_crater_AS17-M-0296
Macrobius par la mission Apollo 17
  • Proclus
    Diamètre : 28 km
    Hauteur: 2400 m
    Formation de forme pentagonale. Versants escarpés portant Proclus K au Nord-Ouest. Proclus R à l’Ouest et Proclus S & P au Sud-Est. Muraille assez élevée. Fond assez plat peu étendu. Petite montagne centrale. Rayonnements.
    Instrument minimal : lunette 50mm.
    Proclus Diadochus est un philosophe grec du cinquième siècle né àConstantinople en 412, Mort à Athènes en 485
    Faits marquants: Directeur de l’Ecole néoplatonicienne en 452. Auteur des Eléments de théologie.
Proclus_crater_AS17-150-23046
Proclus, par la mission Apollo 17
  • Taruntius
    Diamètre : 56 km
    Formation circulaire abîmée au Nord.
    Versants escarpés portant Taruntius L à l’Ouest et Taruntius B au Sud.
    Muraille peu élevée écrasée par Cameron au Nord-Ouest.
    Fond tourmenté. Anneau interne de monticules. Montagne centrale. Craterlets et lignes de crête.
    Taruntius était un mathématicien et un philosophe romain du deuxième siècle après JC.
     Instrument minimal : lunette 50 mm
Taruntius_under_low_Sun_(LRO)
Taruntius par la sonde LRO
  • Messier
    Diamètre : 11 km
    Formation ovale formant un couple remarquable avec Messier A. Semble résulter d’un impact rasant.
    Versants peu escarpés portant Messier A à l’Ouest.
    Muraille assez élevée.
    Fond plat peu étendu et ovale.
     
12-AS11-42-6305_Messier_and_Messier_A_craters_Moon
Messier et Messier A par la mission Apollo 11
  • Gutenberg
    Diamètre : 75 km
    Hauteur : 2280 m
    Formation circulaire abîmée.
    Versants assez escarpés portant Gutenberg A et C au Sud-Ouest et écrasés par Gutenberg E à l’Est.
    Muraille peu élevée chevauchée par Gutenberg E à l’Est.
    Fond plat étendu. Rainures et montagnes excentrée.
    Instrument minimal : lunette 50 mm
    Johannes Gensfleisch (dit Gutenberg) est un imprimeur allemand du 15 ème siècle né à Mayence en 1398, mort au même endroit en 1468.  Inventeur des caractères typographiques en plomb et de la presse à imprimer vers 1440. Il imprima la première Bible en série. 
Gutenberg_crater_AS16-M-0141
Gutenberg par la mission Apollo 16
  • Goclenius
    Diamètre : 55 km
    Formation circulaire assez abîmée.
    Versants peu escarpés portant Rimae Goclenius au Nord-Ouest et le massif montagneux Goclenius Epsilon au Nord-Est. Muraille peu élevée en gradins portant Goclenius B au Nord et un cratère en fer à cheval au Sud-Ouest.
    Fond plat étendu. Rainures internes et petite montagne excentrée.
    Rudolf Gockel était un médecin et physicien allemand du seizième siècle.
    Instrument minimal: Lunette 50 mm

goclenius_AS11-42-6312
Gloclenius par la mission Apollo 11
  • Gloclenius rimae
    Dimensions : 240 x 3 km
    Larges rainures parallèles orientées Nord-Ouest Sud-Est.
    Certaines traversent le cratère Goclenius.
    Instrument minimal: Télescope 200 mm
Rimae_Goclenius_between_Goclenius_and_Gutenberg_(LRO)
Image LRO
  • Fracastor
    Diamètre : 124 km
    Formation circulaire abîmée située sur la rive Sud de Mare Nectaris.
    Versants assez escarpés criblés de cratères dont Fracastorius H & E au Nord-Ouest. Fracastorius N et le craterlet triple Fracastorius Y au Sud. Muraille élevée engloutie au Nord dans Mare Nectaris et chevauchée par de nombreux cratères dont Fracastorius D à l’Ouest. Fond plat rempli de lave. Reste de montagne centrale émergeant. Nombreux craterlets dont Fracastorius L et M. Crevasses.
    Le cratère a été dénommé Fracastor du nom du médecin et poète italien Girolamo Fracastoro né à Vérone en 1478. Faits marquants: Théorie des sphères homocentriques. Auteur d’une poésie sur la syphilis (!).
    Instrument minimal : jumelles
AS11-42-6241-Frascator
Frascator (à chercher au centre en haut de l’image , au bord du disque lunaire, reconnaissable par ses murailles englouties par la Mer du Nectar) Image Apollo 11


 
  • Rheita + Metius
    Dimension : 70/88/78 km. Formations circulaires formant un trio intéressant orienté Sud-Ouest Nord-Est avec Fabricius et Metius.
    Versants escarpés bordés au Sud-Ouest par Vallis Rheita et écrasant Rheita A à l’Est.
    La vallée s’étend sur 500 km. Muraille élevée en gradins portant un craterlet au Nord.
    Fond plat. Montagne centrale.
    Instrument minimal : lunette 50 mm
     – Anton Maria Schyrlaeus von Rheita est un astronome tchèque du 17 ème siècle né à Bohême en 1597. Fabricant de la lunette de Kepler et auteur d’une carte lunaire en 1645.
    – Adriaan Adriannszoon (dit Metius) est  un mathématicien et astronome hollandais du 17 ème siècle né à Alkmaar en 1571. Donna une valeur approchée de Pi à 6 décimales.
    –  David Goldschmidt (dit Fabricius), astronome allemand du 16 ème siècle né à Esens en 1564. Découvreur de la variabilité de l’étoile Mira Ceti. Premier observateur des taches du Soleil en 1610.
Brenner_+_Metius_+_Rheita_-_LROC_-_WAC
Rheita et Metius. Image LRO
  • Steinheil + Watt Diamètre : 68/66 km
    Hauteur: 3000 m
    Formation circulaire formant un couple remarquable avec Watt.
    Versants escarpés portant deux cratères au Nord et chevauché par Watt au Sud-Est.
    Murailles élevées en gradins .
    Fond plat rempli de lave (steinhell), tourmenté (watt).
    Instrument minimal : lunette de 50 mm.
    – Carl August von Steinheil : Physicien allemand du 19 ème siècle né à Ribeauvillé en 1801 Constructeur du 1er télégraphe public en 1838. Fabricants d’instruments d’optique et des grandes lunettes astronomiques allemandes.
    –  James Watt : Ingénieur et mécanicien écossais du 18 ème siècle né à Greenock en 1736 Travaux sur la vaporisation de l’eau. Améliora la machine à vapeur. Inventeur du régulateur et du condenseur.

     
Janssen_+_Fabricius_+_Steinheil_+_Watt_-_LROC_-_WAC
Fabricius, Steinheil et Watt. Image LRO  
  • Et enfin… La partie supérieure du croissant présente une bordure en dentelle à cause des nombreux cratères peuplant cette région montagneuse.
 Image Eric Magnien (2012)

Quand observer en 2021 ?

La même région du terminateur est visible quatre jours après la nouvelle Lune et trois jours après la pleine Lune :

Après la nouvelle lune

14 juin 12h52
14 juillet 03h16
12 août 15h50
11 septembre 02h51
10 octobre 10h05
8 novembre 22h14
8 décembre 08h43

Après la pleine Lune

27 juin 20h39
27 juillet 04h36
25 août 14h01
24 septembre 01h54
23 octobre 16h56
22 novembre 09h57
20 décembre 05h35

Aux heures indiquées ci-dessus, la Lune n’est peut-être pas visible; cherchez-la quelques heures avant ou après !

Vous pouvez vous amuser à essayer d’identifier l’ensemble des formations présentées ici en vous aidant de l’image du jour 4 (au début de l’article) mais aussi avec le logiciel Atlas Virtuel de la Lune (Virtualmoon)

Retrouvez en vidéo la séance du samedi consacrée à la présentation du quatrième jour de la lunaison :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.