Balade lunaire : troisième jour

Promenez-vous sur la Lune !

Ce mois-ci, nouvelle balade lunaire avec comme objectif le troisième jour de la lunaison.
Mais commençons d’abord par donner quelques bases à propos de notre satellite.

  • De la Terre à la Lune… L’orbite de notre satellite n’est pas circulaire, passant de 406300 km à son apogée à 356700 km au périgée. La distance moyenne est de 384402 km.
  • Cinquième satellite du système solaire par sa taille avec 1738 km de rayon équatorial. Les quatre premiers sont Ganymède, Titan, Callisto et Io.
  • La Lune représente 1/100  de la masse terrestre et 1/6 de sa pesanteur. Un humain de 90 kg sur Terre n’en pèserait plus que 15 kg sur la Lune !
  • La Lune se déplace sur son orbite à la vitesse moyenne de 1022 km/s.
  • Quant à la température à sa surface, on va d’un extrême à l’autre : de 123 ° au maximum à -233° au minimum, avec une température moyenne de -73°.

Jour 3 : la balade commence…

La même région du terminateur sera visible deux jours après la pleine Lune au moment où le Soleil se couche à sa surface

Observez la lumière cendrée !

Le troisième jour de lunaison est le meilleur jour pour observer la lumière cendrée, son éclat est exceptionnel.

Commençons par repérer les grandes formations géologiques de la lune :

En se dévoilant entièrement, la Mer des Crises sera en vedette ce soir.
Dimensions : 620 km x 570 km. Age : 3,9 milliards d’années

Parcourons le terminateur du nord au sud à la recherche des cratères remarquables :

Les cratères du jour sont Endymion, Messala, Geminus, Cléomède, Picard, Messier, Petavius, Stevinius

  • Endymion

Cratère de 125 km de diamètre portant le nom d’un personnage mythologique, amant de Séléné, déesse de la Lune

  • Messala

Cratère de 125 km de diamètre aux versants peu escarpés ni élevés. Fond plat immense rempli de lave. Petites montagnes centrales. Crevasses et monticules. Lignes de crête et craterlets.

  • Geminos

Ce cratère aux versants escarpés organisés en gradins fait  km de diamètre et 5400 m de profondeur. Il dispose également d’un pic central. L’origine du nom provient de Geminos, Astronome grec du 1er siècle av JC né en Grèce

  • Picard

C’est un petit cratère de 23 km de diamètre, isolé et facilement reconnaissable en bordure nord-ouest de la mer des Crises. Profondeur : 2250 m.

Jean Picard est un astronome et géodésien français du 17ème siècle né à La Flèche.

  • Messier

Il s’agit d’une formation ovale formant un couple remarquable avec Messier A semblant résulter d’un impact rasant. Des versants peu escarpés portent Messier A à l’Ouest. Les Murailles sont assez élevées. Le fond est plat, peu étendu et ovale.

Cet ensemble de cratères est à voir lorsque le troisième jour est bien avancé.

 

  • Stevinus

Petit cratère de 74 km de diamètre aux versants élevés en gradins. Le nom provient du mathématicien opticien et ingénieur belge du 16ème siècle né en Belgique Simon Stevin.

  • Fraunhofer

Encore plus petit (58 km), peu élevé et situé non loin de Furnerius, Fraunhofer porte le nom de Joseph von Fraunhofer,
Opticien et physicien allemand du 19ème siècle.Inventeur du spectroscope, il découvre des raies dans le spectre du Soleil. Réalisateur d’objectifs astronomiques et de microscopes achromatiques, il publie une première classification spectrale des étoiles.

Deux cratères à observer particulièrement notamment pour les failles qu’ils abritent : Cléomède et Petavius

  • Cléomède

Cratère d’impact circulaire de 125 km de diamètre, profond de 3000 m, avec une petite montagne un peu excentrée. Il  abrite une faille en forme de Y. À observer dans un télescope de 200 mm de diamètre minimum.

Le cratère a été dénommé Cleomedes en raison de Cléomède, philosophe stoïcien grec, auteur d’un manuel élémentaire d’astronomie, intitulé Cyclice theoria, Théorie circulaire des corps célestes

  • Petavius

Formation circulaire de belle taille, 177 km de diamètre. Profond de 3400 m, ses versants escarpés sont organisés en gradins. Il abrite plusieurs failles plus ou moins étroites accessibles dans un télescope de 300 mm minimum.

Quand observer en 2021

La même région du terminateur est visible trois jours après la nouvelle Lune et deux jours après la pleine Lune :

Après la nouvelle lune

14 mai 20h59
13 juin 12h52
13 juillet 03h16
11 août 15h50
10 septembre 02h51
9 octobre 10h05
7 novembre 22h14
7 décembre 08h43

Après la pleine Lune

29 avril 05h31
28 mai 13h13
26 juin 20h39
26 juillet 04h36
24 août 14h01
23 septembre 01h54
22 octobre 16h56
21 novembre 09h57
19 décembre 05h35

Aux heures indiquées ci-dessus, la Lune n’est peut-être pas visible; cherchez-la quelques heures avant ou après !

Vous pouvez vous amuser à essayer d’identifier l’ensemble des formations présentées ici en vous aidant de l’image du jour 3 (au début de l’article), ou utilisez l’excellent logiciel gratuit : Atlas Virtuel de la Lune

Retrouvez en vidéo la séance du samedi consacrée à la présentation du troisième jour de la lunaison :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.